Die Nerven : rock, punk, sombre, mélancolique

En réponse à ces groupes qui pratiquent l’hédonisme et la bonne humeur, Die Nerven s’engage dans une musique résolument plus mélancolique et sombre.

Comme le dit Julian Knot, la génération actuelle subit une dissonance constante entre d’un côté, le besoin de performance et, de l’autre, l’obligation d’afficher une bonne humeur à toute épreuve.

Ainsi, on ne sera pas forcément surpris d’apprendre que Die Nerven est originaire de Stuttgart, une ville si propre que l’on pourrait en lécher les trottoirs. Pourtant, sous le bitume de la capitale du Bade-Wurtemberg se cache une toute autre réalité. L’industrie automobile et son lobby se remplissent les poches grâce à la fraude et des dizaines de milliers de 4×4 urbains polluent au point où Stuttgart peut se vanter d’avoir l’atmosphère la plus sale de toutes les villes allemandes.

Dans ce contexte, Die Nerven est bien l’enfant légitime d’une ville hypocrite.

C’est en 2010 que Julian Knoth (chant et basse) et Max Rieger (chant et guitare) fondent Die Nerven ; le but affiché est de faire le plus de bruit possible.

Avec l’aide de Kevin Kuhn qui s’assied de temps en temps devant la batterie, ils publient des albums en MP3 avant de trouver un label à Münich. This Charming Man Records distribue alors la démo Asoziale Medien en 2012. Cette même année, Julian et Max sont rejoints par Kevin Kuhn qui devient alors le batteur officiel du groupe. À la fin de l’année sort le premier album du trio : Fluidum inscrivant le groupe dans un mélange de post-punk et de noise-rock.

C’est en 2014 que Die Nerven se fait remarquer grâce à son second album. Fun est unanimement salué par la critique qui le considère comme l’un des albums les plus importants de la décennie pour la scène allemande.

Une tournée est organisée et Die Nerven se produit dans les plus grands festivals allemands avant de faire un détour en Israël. On découvre alors que le groupe est également excellent en concert.

En 2015, Die Nerven change de label et signe avec Glitterhouse Records qui publie le troisième album. Out démarre par un morceau rappelant le rock alternatif des années 90, avant d’être ponctué par un cri distordu. Une guitare, sonnant comme une alarme, se fait alors entendre… L’ambiance est résolument sombre et le son bruyant sait se transformer en un rock’n’roll crasseux. On pense alors aux années 80, mais, grâce à une musique qui captive l’auditeur, l’album est loin de se contenter d’imiter une époque.

En 2016, le trio compose et réalise la musique de la pièce de théâtre Comment un adolescent maniaco-dépressif inventa la Fraction Armée Rouge au cours de l’été 1969, basé sur le roman de Frank Witzel, racontant l’Allemagne de l’après-guerre jusqu’à l’irruption la RAF.

L’année suivante sort le troisième album de Die Nerven, Live in Europa, composé de morceaux extraits de concerts donnés par le group. L’album démontre si c’était encore à faire, que l’énergie qui se dégage des performances du groupe sur scène surpasse celles des chansons enregistrées en studio, déjà suprenante.

Doté de titres plus accrocheurs et plus pop, le quatrième album est fêté par la critique et parvient à se hisser à la treizième place des ventes en 2018. Enregistré dans un studio mobile en Toscane, Fake impose la personnalité du groupe, avec un mélange musical de punk et de post-punk proche de Sonic Youth, ainsi que de riffs empruntés à Black Sabbath. Les paroles, quant à elles, s’érigent contre les différentes contraintes sociales.

Die Nerven n’essaye pas de s’ériger en chef de meute. Les textes ne sonnent pas comme des slogans. Et ne forcent pas les points de vue. L’objectif est plutôt de secouer les pensées : À l’heure où chacun est autorisé à répandre ses théories sur le net, où est la vérité ?

Discographique :

  • 2012 : Fluidum (This Charming Man Records)
  • 2014 : Fun (This Charming Man Records)
  • 2015 : Out (Glitterhouse Records)
  • 2017: Live in Europa (Glitterhouse Records)
  • 2018 : Fake (Glitterhouse Records)

Source : laut.de

Share
Pour marque-pages : Permaliens.