Sippenhaft, le quatrième album de Herrenmagazin

Herremagagazin : Deniz Jaspersen (chant et guitare), König Wilhelmsburg (guitare), Paul Konopacka (chant et basse) und Rasmus Engler (batterie)

Herremagagazin : Deniz Jaspersen (chant et guitare), König Wilhelmsburg (guitare), Paul Konopacka (chant et basse) und Rasmus Engler (batterie)

Lepremier album sonnait clairement rock mais depuis le groupe a évolué vers un autre style, plus pop.En faisant intervenir plus d’acoustique, ainsi qu’en laissant une plus grande place au piano, ils ont acquis un style personnel qui leur permet de trouver dans la scène rock allemande une place à part et bien à eux.

« Ehrenwort », qui ouvre l’album est d’ailleurs une chanson sans guitare. Quoi qu’il en soit, si la musique n’agresse pas l’auditoire, les textes de Deniz Jaspersen n’en sont pas mielleux pour autant. Clairement, les textes ne laissent pas indifférents, en particulier pour une chanson qui parle du mariage :

Was habe ich mir nur vorgemacht, als ich vom freien Leben sprach?

Denn bei jedem kleinen Schritt beurteilst du die Dinge mit.

Qu’est-ce que j’ai cru lorsque je parlais de liberté ?

Car à chaque pas que je fais, tu me juges.

 

Après « Halbes Herz », plus rythmée et peut-être la plus belle chanson de l’album, arrive « Alles so bekannt », toujours aussi « dynamique », et pleine de désillusion :

Will keine Gläser heben, ich schlage keine Hand.

Die Zeichen, die sie geben sind alle so bekannt.

Es ist kein Meer der Weisheit, sondern der Beckenrand.

Das ist dein eigener Kleingeist und alles so bekannt.

Je ne veux pas lever de verre, je ne frappe aucune main.

Les signes sont tous tellement connus.

Ce n’est pas une mer de sagesse, mais le bord du bassin.

C’est ton esprit borné et tout est déjà connu.

herrenmagazin_sippenhaft_02

Le calme revient avec la chanson « Sippenhaft » qui a donné son nom à l’album. Le piano et la basse sont mis en avant, les accords de guitares électriques assoient une atmosphère légère. Quant aux percussions, elles se font discrètes. Et à l’instar d’autres chansons, les paroles qui abordent une nouvelle fois la famille sont particulièrement percutantes :

In meinen Gesten, meinem Blick. In meinen Leistungen und bei jedem Missgeschick sitzt du mir im Genick. […] Wo wurde ich da nur reingeboren? Was hat mich nur her verschlagen?

Quels que soient mes gestes, mon regard, mes réussites et mes erreurs, tu es accroché à ma nuque (…) Où suis-je né ? Qu’est-ce qui m’a amené ici ?

 

Avec « Gärten », l’album continue sur une chanson plus légère avant de nous inviter à danser avec « Zum Teufel » et surtout « Es reißt mich zusammen ».

Morceaux plus calmes sur la forme, « Wir bluten aus » et « Käferlicht » se distinguent néanmoins des autres chansons avec des paroles plus intenses et pleines d’émotion.

Wir bluten aus und sind nur für den Staub bestimmt.

Nous nous vidons de notre sang et ne sommes destinés qu’à la poussière.

 

« Zwischen den Tätern » redonne du rythme en alternant des moments calmes et d’autres plus agités, avant que « Bis du mir glaubst » termine l’album sur une chanson à nouveau apaisante, mais cependant mélancolique, en décrivant à la perfection un mensonge en suspens :

Wenn du mich fragst, dann war ich nie da. ,Ach was weiß ich, was weiß der Wind! Was ist denn daran jetzt noch unklar? Oh ich weiß doch, dass es stimmt. Bis du mir glaubst, glaub’ ich es auch. Ich weiß doch auch nur so viel, wie du wissen brauchst.

Si tu me demandes, alors je n’ai jamais été là. Qu’en sais-je, que sait le vent ! Qu’est-ce qu’il reste encore à comprendre ? Oh mais je sais que c’est vrai. Jusqu’à ce que tu me croies, j’y crois aussi. J’en sais juste assez pour ce que tu as besoin de savoir.

 

Influencés par le punk à leur début, les membres de Herrenmagazin confirment avec Sippenhaft la direction qu’ils prenaient à partir de leur second album, à savoir un son plus calme, moins agressif. Ceci dit, il n’y a pas de quoi s’inquiéter car la qualité est au rendez-vous. L’écoute musicale s’avère vraiment très agréable et Deniz Jaspersen, qui écrit les paroles, se révèle un excellent conteur.

 

 

Share
Pour marque-pages : Permaliens.