Karacho, le dernier album des Donots

Un pas en avant pour les Donots

Un pas en avant pour les Donots

Karacho, le dixième album des Donots est sorti le 20 février 2015 et après neuf albums en anglais, ils chantent pour la première fois en allemand.

Depuis 1993, le groupe originaire d’Ibbenbüren dans le Nord de l’Allemagne, près de la frontière néerlandaise, délivre un rock alternatif la plupart du temps proche du punk, mais qui peut aussi bifurquer vers la pop, comme cela fut le cas en 2012 à l’occasion d’un duo avec le britannique Frank Turner sur la chanson So Long (Frank Turner venant d’ailleurs, lui aussi, du punk).
Pour fêter leur vingtième anniversaire, les Donots avaient prévu de sortir un EP exceptionnellement en allemand. Vingt chansons ont été finalement présentées à Vincent Sorg qui a, entre autres, produit le dernier album des Toten Hosen. Une douzaine de chansons ont été retenues et ce qui devait être un EP s’est transformé en album.

Lorsque les Donots annoncèrent leur projet de sortir un album en allemand en 2014, nombreux étaient les inquiets, y compris parmi les fans. Le risque était grand de perdre son public en route. Pourtant, les Donots s’étaient en réalité déjà essayé à la chose en 2014 avec « Das Neue bleibt beim Alten » et avaient démontré toute leur capacité à réussir dans leur langue natale.

L’album commence très fort. La première phrase hurlée par Ingo Kollmann, le chanteur, est « Von jetzt an mach ich nicht mehr mit » (À partir de maintenant, je ne fais plus partie du truc). Les Donots expriment-ils ainsi leur refus de continuer à chanter en anglais ?

Karacho, le premier album en allemand des Donots

Karacho, le premier album en allemand des Donots

On le constate dès la première chanson, les Donots délivrent en allemand des textes plus percutants et s’éloignent des clichés anglicistes. Ici, les Donots hurlent clairement leur incompréhension devant la façon dont évolue le monde. La chanson « Ich mach nicht mehr mit » est symbolique de cet album.

Ingo Kollmann, qui écrit également les paroles de ses chansons, admet qu’il n’a pas été facile de passer de l’anglais à l’allemand. Il a eu besoin de plusieurs semaines pour se familiariser avec sa langue et l’intégrer dans une dynamique rythmique. Il n’a pas non plus hésité à se farcir des heures et des heures de pop allemande afin de bien déterminer ce qu’il ne voulait surtout pas voir dans ses paroles et éviter les clichés.

La seconde chanson, Dann Ohne Mich (ce sera sans moi) s’attaque clairement au mouvement des Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident (en allemand, « Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes », abréviation PEGIDA). Ceux qui participent à ce mouvement ont peur de l’immigration islamique qui a, selon eux, pour conséquence d’islamiser l’Allemagne. Lancé en octobre 2014, le mouvement a beaucoup fait parler de lui, y compris en France car ses membres manifestaient chaque lundi à 18 heures 30 dans un parc de la ville de Dresde. Dans cette seconde chanson, « Dann Ohne Mich », Les Donots leur répondent par des phrases comme « Kein Mensch ist illegal » (aucun être humain n’est illégal).

La couverture de l'album

La couverture de l’album

Le reste de l’album démontre aussi que, musicalement parlant, le groupe n’est plus uniquement consacré au punk-rock depuis longtemps. Les Donots cultivent leur niche qui se trouve entre le mainstream et le punk pur et dur. Si « Ich mach nicht mehr mit » sonne très rock-alternatif, tout comme « Du Darfst Niemals Glücklich Sein » (tu n’as pas le droit d’être heureux), on trouve aussi des chansons qui sonnent reggae pour mettre de bonne humeur comme « Problem Kein Problem » (Problème, pas de problème). « Weiter » ressemble à de la pop à la sauce U2, « Immer Noch » à de la folk teintée de rock et l’acoustique « Hansaring, 2:10 Uhr » refait les yeux doux à la Folk Pop Rock de Frank Turner. D’autres chansons sont simplement bruyantes comme « Kaputt » et « Hier Also Weg ».

Au final, on constate que les Donots ont parfaitement su adapter leur musique à la langue allemande. Leurs chansons sonnent toujours aussi fraîches et légères tout en demeurant percutantes. Ainsi, les Donots restent les Donuts, même en allemand.

Share
Pour marque-pages : Permaliens.