Dÿse – chaos et résurrection

Rock, métal, punk, pop, jazz et blues… voilà les genres musicaux composants la musique de Dÿse.

La quantité génère le chaos, donc l’énergie… Pourtant, ils ne sont que deux… Comment deux personnes peuvent-elles faire autant de bruit ?

Andrej Dietrich (guitare, chant) rencontre Jarii van Goh en 2003 à Amsterdam. Ils discutent autour de plusieurs bières et se découvrent de nombreux points communs, parmi lesquels la musique, la philosophie et la littérature. Ils finissent même par partager des recettes de cuisine ! Il leur vient alors à l’idée qu’il serait peut-être intéressant de faire quelque chose ensemble…

Leur hôtel s’appelle Dysecatmotel, le nom de leur groupe s’appellera donc DŸSE… Voilà une chose réglée.

Dÿse – chaos et résurrection

âpre, abrupt, agressif, animal…

À eux deux, ils assurent le chant, la batterie et la guitare (qui passe par plusieurs amplificateurs de basse) et produisent clairement le genre de musique à mettre sur votre chaîne hi-fi si vous avez un message à faire passer à votre voisin. D’autant plus que le chanteur n’hésite pas à hurler à tue-tête, et souvent les mêmes paroles ; ça peut être particulièrement désagréable pour quelqu’un qui n’aime pas le rock.

C’est une musique brutale, certes, mais elle reste pourtant sophistiquée…

Les textes du duo sont principalement en allemand, parfois en anglais, plus rarement en espagnol ou en français. L’important, pour le duo, est que la mélodie de la langue s’adapte le mieux possible à la chanson. Pour autant, les paroles ne sont pas superficielles. Dÿse est politisé et les thématiques abordées vastes, qu’il s’agisse de corruption, du pouvoir des médias, de la cupidité ou, bien évidemment, du capitalisme.

Les textes parlent aussi d’accidents de voiture et d’excès de drogue ; ils colleraient bien au film Crash de David Cronenberg. Mais le groupe aborde aussi l’injustice sociale.

La bonne impression laissée par leur premier single Honig est confirmée par la sortie de l’album Lieder sind Brüder der Revolution en 2009.

Voilà le monde du rock interpellé !

Une tournée est organisée en Europe et en Asie.

Dÿse – chaos et résurrection

Fin 2013, Dÿse se targue d’avoir assuré plus de 500 concerts, dont les premières parties des Beatsteaks et de Die Ärzte. Farin Urlaub, chanteur de ce dernier groupe réputé « le meilleur du monde » participe d’ailleurs à la chanson Alles ist meins de l’album Wiedergeburt, pendant que certains membres des Beatsteaks, Kraftklub, Heaven Shall Burn et Rammstein interviennent sur d’autres chansons.

Énergisant

Lors d’une écoute distraite, les paroles répétées à profusion (par excès dira votre voisin) vous sembleront saugrenues… Der Haifisch (le requin), die Zähne (les dents)… Mais qu’est-ce que ça veut bien dire ? Heureusement, écouter toute la chanson permet de mieux comprendre son sujet.

Quoi qu’en dise votre voisin, il faut bien admettre que l’on est immédiatement conquis par la musique de Dÿse. Écouter à volume raisonnable, il ne faudra pas plus d’une chanson pour avoir envie de sauter dans tous les sens. L’énergie délivrée par le duo est perceptible, ou plutôt vénéneuse, tandis que les airs sont véritablement accrocheurs.

Le dernier album en date, Widergeburt, est sorti en 2021.

Discographie :

  • 2006 – Dÿse
  • 2009 – Lieder sind Brüder der Revolution
  • 2014 – Das Nation
  • 2016 – DYSE
  • 2021 – Widergeburt

Notre playlist :

Site du groupe :

Dÿse – chaos et résurrection
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Indiquez le résultat pour valider votre commentaire + 87 = 91